Post-pod #24 (Self-care)

 

Charmed Club

Présentation par le Centre de la photographie de Genève

Self care et féminisme
SelfHelpGemmaCorrell

⊕ Publiés sur le site de l’Association pour les droits des femmes dans le développement (AWID), une organisation associative féministe mondiale : Le bien-être, le self-care et la sécurité : en quoi est-ce important pour le féminisme? (juin 2012) et Créer un « chez nous » : un acte de résistance et de self care des féministes noires (septembre 2017), Valérie Bah

⊕ Le livre What the point of a revolution if we can’t dance  (2008) , de  Jane Barry, Jelena Djordjevic, ainsi qu’un article qu’elles ont écrit à ce propos
⊕ Une analyse critique, notamment en terme de classe, de cette notion par Deirdre Cooper Owens: Black Bodies, Self-Care, and the Limits of Class (août 2015)
⊕ A préciser que, après avoir menacé d’interdiction en 2016 le festival afro-féministe Nyansapo organisé par le collectif Mwasi,  la mairie de Paris a vendu publiquement un compromis dans la tenue des ateliers non-mixtes au sein d’espaces privés – volonté initiale du collectif. L’art de la poudre aux yeux.
Audre Lorde
⊕  Traduit par Infokiosque, son texte Transformer le silence en paroles et en actes (1977) qui, au passage, éclaire les témoignages diffusés ces dernières semaines par les cibles d’harcèlement et autres agressions sexuelles, en écho à l’afro-féministe #metoo lancé en 1997 par Tarana Burke.
Également, son texte, « De l’usage de la colère« , qui retourne la culpabilité de la colère malfaisante, en puissance de changement lorsqu’elle est entendue et exprimée.
Deux exemples de transformations de peur en force – une manière de prendre soin de soin, of course!

Un article publié sur Bitchmedia, Audre Lorde, Thought of Self-Care as an « Act of Political Warfare », par Sarah Mirk (février 2016)

Autres références

⊕  Le livre dirigé par Léonora Miano : Marianne et le garçon noir (sept 2017), dont l’extrait lu dans l’épisode de l’interview de la poétesse-chanteuse Akua Naru
⊕  Le livre d’Elsa Dorlin : Se défendre. Une philosophie de la violence, La Découverte (Oct 2017)
Bande son (diffusée sur le format pour la Fabrik)
Le morceau sud-africain queer de Faka
Et celui d’Akua Naru (dont un extrait d’interview est lu dans le pod):

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s